Tour d’horizon du transmédia

Le transmédia ou comment créer une expérience utilisateur unique à travers différents médias. Cette expérience peut prendre plusieurs formes, elle peut être ludique, purement informationnelle, ou même « sérieuse ». Le challenge étant d’articuler et de concevoir les jointures entre les différents médias.
 Le travail du concepteur transmédia réside dans l’interaction nouvelle de l’utilisateur avec différents contenus sur différent médias (éventuellement sur différents device). Le transmédia ouvre donc le champ à une nouvelle recherche, celle de la réflexion autour des passerelles médiatiques, des dialogues entre un utilisateur et plusieurs contenus/médias.

Quelques évènements autour du transmédia

La Transmedia Immersive University

Nous sommes formés au transmédia tout au long du Mastère IDE, c’est-à-dire à la conception de différents contenus transmédias que nous pourrons proposer au public. Dans notre apprentissage nous sommes notamment en relation avec la TIU (Transmédia Immersive University) qui est un événement proposé autour des écritures transmédia, l’an dernier plusieurs formations de premier plan ont pu y présenter leurs projets de fin d’étude, notamment un projet IDE 2012 remarqué qui se nomme Type Rider (http://typerider.blog.lemonde.fr/):

Type Rider est un projet interactif dont le principe transmédia repose sur la pluralité des contenus, ainsi l’expérience propose de passer par des phases typiquement de jeu vidéo, où l’on déambule au travers des lettres que l’on a posé dans les décors, alternés avec des phases plus documentaires. Cette dichotomie permet de produire des contenus sur différents médias comme la télévision, notamment avec ARTE qui est intéressé par le concept de jeu documentaire.

De plus Type rider fonctionne aussi dans un dispositif plus orienté œuvre numérique interactive exposée au grand public :

La TIU est en fait une pépinière de nouveaux talents autour du transmédia, l’objectif étant de pouvoir apporter aux étudiants une aide à la réalisation des projets les plus prometteurs in fine (au travers du site de crowfunding touscoprod : http://www.touscoprod.com/partner/16506).

La TIU met également en relation les étudiants avec des professionnels (qui sont membres de la TIU) issus notamment de l’audiovisuel. Or les chaînes de télévision sont aujourd’hui les principaux porteurs de projets transmédias comme nous allons nous en rendre compte dans la partie suivante (la collaboration des étudiants IDE 2012 avec la chaine ARTE pour Type Rider est également un exemple).

La Cross Video Night :

J’ai pu assister à la dernière Cross Video Nights qui convie tous les professionnels du transmédia, du crossmédia, des programmes courts: producteurs, réalisateurs, créateurs, blogueurs, médias, agences. La cross video night proposent aux concepteurs de venir pitcher leurs projets chaque mois à la Cantine à Paris. Lors de la cross video night, j’ai constaté qu’il y a avait une forte représentation de chaines de télévision parmi les pitcheurs.

Les journées d’étude PraTIC

Chaque année Gobelins organise une  journée de conférence qui est notamment organisée par Etienne Armand Amato. Cette année encore il y eut de nombreux conférenciers et participants, vous pouvez revoir la session 2013 ici (il y a également un article sur le blog à ce sujet écrit par Pauline Gomy).

Le transmédia et la télévision

France Télévision les nouvelles écritures

La branche transmédia du groupe France Télévision est l’acteur le plus actif dans le domaine du transmédia aujourd’hui, ils ont pu nous présenter un grand nombre de leurs projets transmédia au cours de la cross video night du mois de Novembre 2012. Notamment Manipulations.

Ce projet transmédia propose à l’utilisateur de mener une enquête dans le domaine « des affaires françaises» (Karashi, clearstream, les frégates …). L’utilisateur dispose d’un carnet dans lequel sont référencés toutes les questions liées à l’affaire. Il est possible d’interroger des personnalités comme Jean-Louis Gergorin, pour cela on peut ouvrir son carnet, puis cliquer sur une des questions, alors une vidéo de Jean-Louis Gergorin nous répond immédiatement. On peut alors quitter Jean-Louis Gergorin pour retourner au tableau de l’enquête où tous les personnages de l’enquête sont épinglés et continuer l’enquête au travers de documents textes, de photos, de vidéos…

L’ARG (alternate reality game) « L’œil de Ninon » de France Télévision les nouvelles écritures est basé sur la célèbre série «Plus belle la vie ». Au début de l’expérience, le dispositif se présente comme le blog de la jeune journaliste Ninon Chaumette (personnage de la série), suite à l’installation de caméras de sécurité sur la place du Mistral, les internautes sont invités à réagir sur le bien fondé d’installer ces caméras. Puis au fur et à mesure de l’évolution du blog Ninon nous invite à organiser des actions contre les caméras suite à un sondage en faveur de leur désactivation. L’utilisateur peut se connecter à la caméra de sécurité, aussi le clou de cette affaire aura été de demander à tous les participants de se connecter en même temps sur les caméras de surveillance afin de faire sauter le serveur. Cette action aura eu pour conséquence de faire retirer les caméras de sécurité.

Un projet transmédia de France TV NE sur la série policière Antigone 34 qui se présente comme une bande dessinée sur Youtube racontant une histoire spin-off de la trame scénaristique principale :

Le projet B4 propose de visiter une tour de banlieue fictive où chaque étage permet de découvrir une personne réelle issue des quartiers dits difficiles. L’utilisateur peut visionner l’immeuble, lorsqu’il passe la souris devant une fenêtre, celle-ci s’allume, et il est possible alors de lancer une vidéo documentaire sur un habitant, il y a douze étages et douze habitants en tout, ainsi que cinq vidéos par protagoniste. Le dispositif propose également un concours photo sur le thème des quartiers de banlieue.

ARTE: The spiral

« The Spiral » est une ARG produite essentiellement par ARTE :

The spiral a été entièrement conçu pour être un dispositif transmédia, l’expérience peut donc être vécue à la télévision (série télévisée), sur internet (jeu interactif) et dans la vraie vie (évènements créatifs). La série influence la plateforme web mais l’inverse est vrai à savoir que l’action des joueurs sur la plateforme web peut influencer le cours de la série.

Le pitch : Six cambriolages d’œuvres majeurs de peintres (eckersberg, Larsson, Munch, Picasso, Rubens, Schjerfbeck) dans divers pays européens par des artistes contestataires. Deux enquêteurs sont chargés de mener l’enquête autour d’un groupement d’artistes nommés « the Warehouse ». La série TV est en cinq volets, elle propose une arche narrative classique.

Sur le site internet (http://www.thespiral.eu), il est possible d’incarner un artiste membre de la Warehouse et donc de faire partie d’une communauté. A partir de ce site il nous est proposé régulièrement des animations et des concours :

Pour cela chaque participant a un compte (à la manière d’un réseau social), le but du jeu est de retrouver les 6 œuvres, pour cela on doit surmonter des challenges sous forme de jeux vidéos :

On doit également remplir des challenges géolocalisés en extérieur (photographier un space invader du street artist éponyme dans la rue, retrouver un item du jeu dans la rue dans chaque pays participant au jeu). Et il y a également des événements indoor qui consiste créer des artworks (pixel art, rénovation de tableau, …) ou des vidéos, des photos selon un thème imposés qui seront alors notés par la communauté.

Mission Braquo: l’ARG par Canal+

Braquo est une série télévisée sur Canal+ qui raconte la vie d’une unité de police pour le peu mouvementée et atypique. La série a été créé par Olivier Marchal (ancien officier de police d’ailleurs) qui s’est fait connaître par son approche américanisante de la narration et de l’action à l’écran (36 Quai des Orfévres, MR73 notamment).

Aussi nous avons reçu la visite de Claire Leproust (productrice chez Capa Production) et Hadrien Cousin (manager produit chez Canal+). Ils nous ont proposé un petit exercice de pitch de projet transmédia sur Braquo. Et ce fut l’occasion par ailleurs de nous présenter le transmédia de la série Braquo.

Mission Braquo propose donc au joueur d’aider le héros de la série Eddy Caplan et ses collègues à se tirer de mauvaises situation. Pour cela le joueur peut interagir avec le dispositif au moyen de différents médias tel que le web, les mails, les sms.

Lexis numérique

On ne peut pas parler de transmédia sans citer Eric Viennot et son studio de développement Lexis numérique qui s’est consacré à la création de jeux transmédia (surtout des ARG) portant leurs propre univers. Dans In memoriam sorti en 2003; le joueur est sur les traces d’un journaliste qui enquête sur un mystérieux tueur en série.

L’expérience transmédia d’In Mémoriam résidait essentiellement dans la possibilité de mener une enquête au travers de différents médias tous interconnectés et rendus crédibles par l’ARG (une page du site internet Libération fut dédiée au dispositif par exemple) qui nous immerge dans un univers riche et extrêmement développé offrant en moyenne une vingtaine d’heures de jeu. Mais la force transmédia d’In Memoriam se trouve bien sur dans les jointures entre les médias. Par exemple lorsqu’une énigme sur internet est trop bloquante, et que l’utilisateur ne parvient pas à la résoudre alors le jeu envoie un email aidant à débloquer le joueur. Par ce biais, le dispositif parvient à sortir du cadre traditionnel du jeu vidéo pour venir s’insérer en interstitiel dans les petites habitudes numériques de l’utilisateur, et c’est peut-être cela la grande force du transmédia.

0 Comments , , , ,

No comments yet.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.